Les Invasives
2020/2017

Le projet des sculptures Invasives a débuté en 2016 par l’invitation de La Filature, scène nationale de Mulhouse, à créer une installation in-situ sur le thème de la nature.
Nous nous sommes interrogées sur la manière dont le végétal pourrait de nouveau s’immiscer dans le lieu, ancienne fabrique de coton restée longtemps abandonnée, si elle redevenait une friche. 
Les lectures des textes de Gilles Clément, Catherine et Raphael Larrère, Francis Hallé, ont nourrit notre travail.
Intéressées par les «richesses inattendues et les inventions surgies du foisonnement des rencontres rendu possible par la diversité», décrites par Gilles Clément, dans l’éloge des vagabondes, nous avons souhaité en faire le sujet de notre travail. 
L’invitation sur une année, en résidence sur 5 temps, nous a permis d’expérimenter et de développer un travail plastique conséquent. Cette première installation a été suivi par quatre invitations dans des sites différents : en 2018 à La Cité de la Mode et du Design de Paris, 
en 2019 pour le parc du Château de Saint-Germain-de-Livet, commande du musée d’Art et d’Histoire de Lisieux et en octobre dernier, dans les jardins de l’Abbaye-de-Boscherville, commande du Département de Seine-Maritime, visible jusqu’en novembre 2020. 
Ces sculptures Invasives s’adaptent aux spécificités des lieux qu’elles rencontrent. Elles se réinventent et s’augmentent de nouvelles matières au fur à mesure de leur voyage.
Composées de végétaux et de fils colorés tissées, elles composent une nature imaginaire où l’étrange, l’absence de référence au standard, la disharmonie sont expérimentés comme autant de possibles à des formes de vies nouvelles.
Elles nous invitent à porter un autre regard sur le vagabondage.